Changer le commentaire des headers des fichiers Xcode

Un jour j’ai du travaillé en marque blanche sur un projet. Le client pour qui je travaillais ne devait pas voir le nom du développeur qui avait travaillé sur le projet iOS. Au début, je changeais à chaque création de fichier, son entête, puis j’en ai eu vite marre, car c’est une chose que je n’ai pas l’habitude de faire dans mon processus de développement d’application.

Avec XCode 9, on peut maintenant changer le header des fichiers à l’aide d’une macro. Aujourd’hui, les fichiers ont cette macro qui ressemble à ça :

// ___FILENAME___
// ___PACKAGENAME___
//
// Created by ___FULLUSERNAME___ on ___DATE___.
// ___COPYRIGHT___
//

Comment faire ?

  1. Créer un fichier IDETemplateMacros.plist
  2. Ajouter FILEHEADER de type String afin d’y ajouter votre macro.

Capture d’écran 2017-09-22 à 09.39.47.png

DATE

La date de création du fichier.

DEFAULTTOOLCHAINSWIFTVERSION

La version de Swift utilisée par défaut dans le toolchain.

FILEBASENAME

Le nom du fichier courant sans aucune extension.

FILEBASENAMEASIDENTIFIER

Le nom du fichier courant encodée comme un C identifier.

FILEHEADER

Le texte placé en haut de chaque nouveau fichier.

FILENAME

Le nom complet du fichier courant.

FULLUSERNAME

Le nom complet du l’utilisateur macOS connecté.

NSHUMANREADABLECOPYRIGHTPLIST

Le String copyright du fichier Info.plist de la target de l’app. Par exmple :

NSHumanReadableCopyright
Copyright © 2017 Apple, Inc. All rights reserved.

ORGANIZATIONNAME

Le nom de l’entreprise pour l’équipe utilisé dans le provisioning profile.

PACKAGENAME

Le nom du package du scheme courant.

PACKAGENAMEASIDENTIFIERA

Version du nom du package encodé en C-identifier pour le scheme courant.

PRODUCTNAME

Le nom de l’application pour le produit du scheme courant.

PROJECTNAME

Le nom du projet courant.

RUNNINGMACOSVERSION

La version de macOS qui fait tourner XCode.

TARGETNAME

Le nom de la target courante.

TIME

L’heure de création du fichier.

USERNAME

Le login de l’utilisateur connecté.

WORKSPACENAME

Le nom du workspace courant. Si il n’y a qu’un seul projet ouvert, alors ce sera le nom du projet courant.

YEAR

L’année de création du fichier sur 4 chiffres.

Voici ce que moi j’ai mis comme nouveau header:

// ___FILENAME___
// ___PACKAGENAME___
// ___WORKSPACENAME___
// ___COPYRIGHT___

3. Enfin il ne reste plus qu’à déplacer ce fichier dans le bon dossier. Plusieurs choix existe avec des scopes différents.

  • Pour un seul projet et un seul utilisateur:
    <ProjectName>.xcodeproj/xcuserdata/[username].xcuserdatad/IDETemplateMacros.plist
  • Pour toutes les membres de l’équipe pour un seul projet:
    <ProjectName>.xcodeproj/xcshareddata/IDETemplateMacros.plist
  • Pour tous les projets dans le même workspace pour un seul utilisateur:
    <WorkspaceName>.xcworkspace/xcuserdata/[username].xcuserdatad/IDETemplateMacros.plist
  • Pour tous les projets dans un workspace pour tous les membres de l’équipe:
    <WorkspaceName>.xcworkspace/xcshareddata/IDETemplateMacros.plist
  • Pour tous les projets:
    ~/Library/Developer/Xcode/UserData/IDETemplateMacros.plist

Vous pouvez retrouver toutes les étapes  pour créer vos propres headers dans le XCode Help.

Capture d’écran 2017-09-22 à 09.30.38

WWDC 16 superbe landing page

WWDC16

Les billets pour la prochaine WWDC comprenait Worldwide Developer Conference sont mise à la vente. Bon on est à 1599 USD l’entrée donc seul quelques riches développeurs pourront y participer mais vous pourrez vous consoler en regardant le keynote ici le 13 juin prochain.

Capture d’écran 2016-04-20 à 10.51.02

Swift est à l’honneur !

Pour l’occasion Apple a mis en place un tout nouveau site web pour faire la promotion de leur event. Dans cette superbe landing page on retrouve comme tous les ans un petit Easter Egg.

« Hello drive, fast as you can » pourrait être une intervertion de Uber ?

A vous de jouer, trouver une correspondance, une nouvelle fonctionnalité du prochain iOS !

Leur emailing était aussi très beau, j’ai même cru pouvoir taper du texte 🙂

wwdc16-schedule-kickoff_2x

De quoi vont ils parler ?

Nous sommes à une conférence pour les développeurs, donc rien de « marketing » durant ces 5 jours de conférences, mais une présentation des prochaines version de iOS 10, Mac OS X, Watch OS et TV OS.

wwdc16-schedule-labs_2x

Beaucoup de développeurs y vont et partagent leurs expériences et surtout participent à des ateliers avec les développeurs de leur OS favoris !

wwdc16-schedule-consultations_2x

 

Contacter l’équipe de Review Apple

Récemment, après avoir attendu 3 semaines qu’Apple valide une application. Le jour même j’ai vu un bug ! Le bug portant sur une fonctionnalité TRÈS importante de l’application, je l’ai corrigé dans les 24 heures et ai renvoyé l’application chez Apple.

SAUF que Apple pourrait reprendre du temps pour valider ce build très urgent.

En discutant avec mon CTO, il me dit que l’on peut contacter l’équipe de Review Apple.

Après avoir rempli le petit formulaire (ici) et surtout avoir donné la raison pour laquelle je demande ce passe droit, vous attendez la validation d’Apple.

Capture d’écran 2016-03-24 à 14.28.32

Vous recevez un mail dans les heures qui suivent pour vous dire qu’Exceptionnellement l’equipe qui s’occupe de tester les applications pourrait éventuellement prendre l’application en priorité.  Aucune garantie que ça soit dans les temps. Le mail évoque le fait que si l’application n’est pas conforme la demande serait toujours effective pour les builds suivant jusqu’à validation. Une chance quand on connaît le process compliqué qu’est la validation d’une application.

Au final, dans mon cas, l’application fut valider 2 heures après le mail. Un retour d’expérience très positif pour cette procédure.

Et vous ça vous êtes déjà arrivé de faire la demande ? Vous la connaissiez ?

Utilisez des points d’arrêt au lieu de NSLog

Vous avez probablement essayé de faire des flux logique de débogage ou d’inspecter le contenu des paramètres de votre méthode en ajoutant des déclarations NSLog et en re-compilant votre application.

Il y a une façon beaucoup plus efficace et plus rapide de le faire en utilisant juste des points d’arrêt (Breakpoint).

Il suffit d’ajouter un point d’arrêt à la ligne que vous auriez normalement ajouter une déclaration NSLog, puis clic droit. Vous devriez voir ceci:

tumblr_inline_my4hd7Hzgx1qh9cw7

Maintenant, cliquez sur « Edit Breakpoint… », qui révèle une nouvelle popover, avec un tas d’options:

tumblr_inline_my4hexzxB51qh9cw7

Tout d’abord, activez la case à cocher «Automatically continue after evaluating » de sorte que vous ne soyez pas interrompu chaque fois que le contrôle de votre application atteint ce point. Cliquez ensuite sur « Add Action » et tapez « po » (ou p si elle est pas un objet) suivis par tout ce que vous avez essayé de NSLog.

tumblr_inline_my4hl5gXWj1qh9cw7

Lorsque votre commande atteint ce point, vous verrez votre commande en cours d’exécution, et sa sortie étant connecté à la console Xcode.

Vous pouvez ajouter à votre débogage une étape supplémentaire en ajoutant une condition. Seulement lorsque la condition sera évaluée à true, elle exécutera votre commande.

Natif x Hybride

Je me pose souvent la question car certains clients me demandent de plus en plus de développer une application sur plusieurs plateformes. Souvent aussi pour une question de prix, développer les applications nativement revient beaucoup plus cher. C’est pourquoi je propose l’option d’une solution hybride en fonction du type de demande.

HFiDGQz

Les applications natives sont développés spécifiquement pour une plate-forme, et peuvent profiter pleinement de toutes les fonctionnalités de l’appareil – ils peuvent utiliser l’appareil photo, le GPS, l’accéléromètre, la boussole, la liste de contacts, et ainsi de suite.

Les applications hybrides font partie des applications natives, applications partie Web. Comme les applications natives, ils vivent dans un app store et peuvent profiter des nombreuses fonctionnalités de périphériques disponibles. Comme les applications web, ils comptent sur le HTML qui est rendu dans un navigateur, avec comme seule différence que le navigateur est intégré dans l’application.

WWDC 2015 : Ce qu’il faut retenir !

Pour la 26e édition, Apple nous a réservé plusieurs annonces.

macgpic-1433783435-2771154622395-sc-op

OS X El Capitan

On a le nouveau nom d’OS X ! El Capitan, successeur de Yosemite. C’est le nom d’un sommet dans le parc Yosemite.

macgpic-1433783608-2943882107614-sc-op

 

Apple s’est concentré sur l’expérience et les performances !

1- On peut d’abord retrouver son curseur plus rapidement : il faut le secouer et il grossit.

2- Apple a ajouté d’autres gestes avec le trackpad.

3- Dans Safari, on peut accrocher des sites (comme dans Chrome et Firefox). Ces sites sont à côté des onglets. On peut aussi couper facilement le son de n’importe quel onglet.

4- Spotlight comprend l’anglais pour faire des recherches plus évoluées, notamment des recherches qui combinent plusieurs critères. On a encore plus d’informations, comme la météo. Et ces fonctions sont aussi disponibles dans les logiciels : dans Mail, on peut demander les mails que l’on a ignoré de tel interlocuteur. Idem dans le Finder.

5- Mission Control est plus fluide.

macgpic-1433783968-3303798741801-sc-op

6- On peut travailler avec deux fenêtres côte à côte (comme dans Windows…). On peut choisir un côté ou l’autre et il y a du flou.

A la fin de sa démo Craig Federighi évoque à nouveau les différentes nouveautés présentées dans la démonstration. On est passé à côté d’un nouveau Notes, avec la possibilité de formater le texte et d’ajouter des images.

D’abord pour les développeurs. Bêta publique en juillet. Sortie finale à l’automne.

iOS 9

macgpic-1433784767-4103443607587-sc-op

macgpic-1433784753-4089300992405-sc-op

iOS 9 apporte bien Proactivity, comme prévu par la rumeur. Le téléphone apprend que vous écoutez de la musique tous les matins en courant. Et il peut proposer automatiquement un titre. Cela fonctionne en fonction du contexte : dans la voiture, il peut lancer un podcast.

macgpic-1433784816-4152183129657-sc-op macgpic-1433784786-4122264364051-sc-op

Siri vous informe au bon moment pour partir, en fonction d’un rendez-vous et de la circulation. Si on vous appelle avec un numéro inconnu, Siri regarde dans les mails pour proposer un nom.

macgpic-1433784842-4178402732081-sc-op

On peut glisser l’écran d’accueil vers la droite pour afficher l’assistant.

macgpic-1433784853-4189158299704-sc-op

La recherche est aussi plus intelligente : on peut chercher des vidéos et les lancer directement. Surtout, il y a une API pour la recherche. Ce qui veut dire que les applications peuvent l’exploiter : on peut trouver du contenu et ouvrir directement le contenu recherché et on peut après revenir à la recherche.

macgpic-1433785621-4957156759487-sc-op

 

Passbook devient Wallet dans iOS 9. Google a un service qui a le même nom…

macgpic-1433785715-5050794537807-sc-op

Craig Federighi nous parle de Notes, comme sur OS X El Capitan, on pourra utiliser du texte enrichi, des images. Mais aussi des listes à cocher : pratique. Très pratique aussi : on peut dessiner dans Notes. On peut aussi ajouter un lien vers une page vers une note.

macgpic-1433785992-5327795894609-sc-op

Nouvelle application : News. Concurrent de Flipboard. Contenu personnalisé pour vous, fourni par plusieurs éditeurs. News sera lancé d’abord aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie.

Quick Type : dans iOS 9, il y a des raccourcis à côté des suggestions. On peut copier/coller du texte, changer la mise en forme du texte. Mais on peut aussi transformer le clavier en trackpad ! Avec deux doigts, on peut déplacer le curseur, faire des sélections…

macgpic-1433786711-6046821645745-sc-op

Multitasking : on va avoir des applications sur le même écran ! Beaucoup l’attendaient depuis longtemps… le « big one » comme le nomme Craig Federighi. Réservée à l’iPad.

macgpic-1433786827-6163276226529-sc-op

On peut maintenant lancer une vidéo et pendant que la lecture continue, on peut réduire la vidéo à un petit rectangle dans un coin (Picture in Picture) et utiliser le reste de l’interface normalement.

macgpic-1433787076-6412636829786-sc-op

Craig Federighi fait le point sur toutes les nouveautés d’iOS 9. Et il parle aux développeurs, évoquant quelques nouveautés spécifiques, comme les tests d’interface dans Xcode.

macgpic-1433787283-6619460971781-sc-op

Swift, le nouveau langage de programmation d’Apple, passe à la version 2. Apple veut accélérer encore le développement du langage. Cette version sera plus rapide : 6 ou 7,5 fois plus vite qu’avant. Il y a plein de nouveautés, mais surtout, Swift devient Open Source ! Grosse nouvelle, cela veut dire que le langage ne sera plus limité aux produits Apple seulement. Potentiellement, n’importe qui peut l’utiliser.

iOS9 est disponible dès aujourd’hui pour les développeurs. En juillet pour les bêtas publiques et à l’automne pour la version finale. Tous les appareils compatibles avec iOS 8 sont aussi compatibles avec iOS 9.

watchOS

Quelques semaines après le lancement de l’Apple Watch, on parle déjà d’un nouveau système. Tim Cook s’en amuse et invite Kevin Lynch pour nous parler de watchOS.

Nouvelle plateforme pour les développeurs, avec des applications natives cette fois. Apple croit en la technologie pour le poignet et les développeurs vont créer de nouvelles choses spécialement pour les montres.

macgpic-1433788212-7547842271855-sc-op

Complications : les développeurs pourront créer leurs propres versions ! On pourra ainsi avoir les heures de vol, le niveau de recharge d’une voiture, etc. Tous les cadrans qui ont des complications peuvent avoir ces complications crées par les développeurs.

macgpic-1433788272-7608560125479-sc-op

watchOS voyage dans le temps. La couronne digitale permet de revenir en arrière dans le temps ou avancer dans le futur pour connaître les prévisions météo, mais aussi les prochains rendez-vous, etc.

macgpic-1433788312-7647900727935-sc-op

 

Mode nuit : quand elle se recharge, la montre affiche en permanence l’heure. Le réveil change de son et on peut utiliser les deux boutons pour couper le réveil ou utiliser la fonction snooze.

macgpic-1433788595-7931577634349-sc-op

Les développeurs pourront toujours utiliser WatchKit et Kevin Lynch rappelle qu’un iPhone est toujours indispensable. Les applications natives pourront tourner directement sur l’Apple Watch et les performances seront « great », dit-il.

Les applications natives pourront utiliser un réseau Wi-Fi connu pour télécharger de nouvelles données. Les développeurs auront accès au microphone et pourront ainsi créer des dictaphones. Les capteurs de la montre pourront servir aux applications, ainsi que Taptic Engine. Les applications pourront créer des vibrations spécifiques. La couronne digitale est bien sûr utilisable dans les applications, par exemple pour changer la température d’un thermostat connecté.

WatchOS 2 sera disponible dès aujourd’hui pour les développeurs. Pas de bêta publique cette fois, mais la mise à jour sera disponible à l’automne, comme le reste des nouveautés du jour. Évidemment, cette mise à jour sera compatible avec toutes les Apple Watch. Heureusement.

C’est fini pour cette keynote Apple 2015, un bon cru ? Qu’en pensez-vous ?

Retour sur la Google IO 2015

C’est aujourd’hui qu’a eu lieu la Google IO 2015. Comme chaque année Google présente ses prochaines innovations pour l’année. A programme pas mal de nouveautés mais je resterais sur ce qui m’anime, le développement d’app Android.

Android M

Google annonce Android M, comme l’année dernière avec Android L, devenu par la suite Android Lollipop. Principale mission d’Android M, « optimiser l’expérience ». Six points clés d’Android M ont été présentés.

macgpic-1432831871-3167153487954-sc-op

Android M améliore le fonctionnement des permissions. Les permissions sont les autorisations que l’on donne à une application pour accéder à son calendrier, ses contacts, son numéro de téléphone… Avec Android M, on peut accorder certaines permissions et pas d’autres, alors qu’il fallait auparavant tout autoriser sans autre choix. C’est une amélioration bienvenu pour la confidentialité.

macgpic-1432831927-3222603201919-sc-op

Deuxième point clé : « Chrome custom tabs ». C’est comme avoir Chrome directement intégré à son application, avec ce que cela implique comme avantage : autocomplétion des formulaires, sauvegarde des données de connexion…

macgpic-1432832170-3465911409372-sc-op

3e point clé : « App links ». Les apps peuvent se lier les unes aux autres. Cela devrait faciliter le passage d’une app à une autre.

4e point clé : Android Pay. Une API de paiement qui prend en charge la NFC. Elle est présentée comme une « plateforme ouverte » que les développeurs peuvent utiliser librement. Elle fonctionne d’ores et déjà dans 700 000 points de vente aux États-Unis.

macgpic-1432832445-3740934077675-sc-op

5e point clé : la prise en charge native de la reconnaissance digitale. Les fabricants n’auront plus à développer leur propre solution pour intégrer des capteurs d’empreinte digitale.

macgpic-1432832572-3867994151144-sc-op

6e et dernier point clé : une meilleure autonomie. Grâce aux capteurs des terminaux, Android M reconnait quand ils ne sont pas utilisés depuis un moment et quitte les apps pour économiser de l’énergie.

Cloud Messaging, le service de push de Google, est maintenant compatible avec iOS. 70 milliards de messages sont envoyés chaque jour.

macgpic-1432836920-8215984641412-sc-op

Les développeurs peuvent personnaliser leur page sur Google Play pour mieux mettre en avant leurs apps.

Android Wear

Plus de 4 000 apps disponibles sur Android Wear. Fin avril, Tim Cook annonçait 3 500 apps sur Apple Watch.

macgpic-1432833322-4618327781086-sc-op

Aucune nouveauté pour l’OS, seulement quelques rappels des dernières mises à jour.

Android Studio

Android Studio passe en version 1.3 avec la prise en charge du C et C++. Polymer, le framework pour les interfaces, est finalisé. Le site CocoaPods devient le canal de distribution officiel pour les SDK iOS de Google.macgpic-1432836678-7974341488916-sc-op

Et vous, qu’avez vous pensé de cet keynote ? N’hésitez pas à partager et a débattre dans les commentaires.

Tout ce que vous devez savoir sur le portage des apps Android et iOS vers Windows 10

Sans doute la plus grand nouvelle, lors de la conférence de Microsoft, est que les développeurs seront en mesure d’apporter les applications Web, les applications de bureau (Win32), ainsi que Android et iOS applications mobiles pour le Windows Store. Pourtant, chacun de ceux-ci fonctionnent différemment, et il ya beaucoup de nuances à prendre en considération; j’ai recueilli des informations de Todd Brix, directeur général d’applications et du Windows Store, pour obtenir un peu plus de détail.

Tout d’abord, sur le lancement de Windows 10, les développeurs ne seront en mesure d’apporter des applications Web pour le Windows Store. Les toolkits Win32, Android et iOS ne seront pas prêts à temps. Ils arriveront dans le cadre de mises à jour ultérieures.

Ensuite, il semble y avoir beaucoup de confusion quant à ce que les dispositifs de ces applications pourront fonctionner. Brix expliqué les options comme ceci:

Pont Processus Fonctionne sur
WebView Utilise code web comme une application native Tout dispositif de Windows 10
.NET Et Win32 Séquence et repackage du code Win32 comme Appx Desktop uniquement
Android: Java / C ++ Fonctionne sur le sous-système Android appareils mobiles avec puce ARM : téléphones et petite tablette
iOS: Objectif C Objective C au C ++ Techniquement fonctionne sur tout appareil Windows 10 – cependant, il ne tire pas de l’interface universelle et contrôles universels si l’application n’est pas automatiquement à l’échelle / adapter aux différentes tailles d’écran.

En bref, les applications Android et iOS peuvent être portés vers plus que les téléphones sous Windows 10, mais il ya quelques détails à considérer.

Android

Pour apporter vos applications Android à Windows 10, vous aurez besoin du « pont » universel de Windows pour Android, également connu sous le nom de projet Astoria. Vous pouvez l’essayer en avant première. Il est disponible pour tout le monde en vous inscrivant ici.

La boîte à outils du projet Astoria permet aux développeurs de construire des applications de Windows 10 en réutilisant leurs projets Android, je l’espère avec quelques modifications du code. Test et débogage des applications peuvent même être faites en utilisant votre IDE préféré; les développeurs ne doivent pas utiliser Visual Studio.

Alors que dans la documentation, Microsoft décrit que le projet Astoria est destiné à la création d’applications pour téléphones sous Windows 10, comme indiqué dans le tableau ci-dessus, votre application peut techniquement travailler sur base d’ARM des téléphones sous Windows 10. Windows 10 sur ces appareils comprend un sous-système Android, qui, naturellement, ne fonctionne pas sur Windows 10. Cela signifie également que Windows x86 10 tablettes ou téléphones, par exemple, ne seront pas en mesure d’exécuter ces applications.

Si les développeurs le veulent, ils peuvent tout simplement arrêter là. Mais ils peuvent, cependant, prendre les choses plus loin et utiliser une bibliothèque d’interopérabilité de Microsoft pour intégrer les services Microsoft dans leur application « avec très peu d’effort« .

De cette façon, les développeurs d’applications Android peuvent générer des revenus à la fois Google Play et Windows Store, en utilisant une base de code commune.

iOS

Pour apporter vos applications iOS vers Windows 10, vous aurez besoin du « pont » universel Windows pour iOS , aussi connu comme projet Islandwood. Ceux intéressés à l’essayer en avant première, il est disponible pour tout le monde en vous inscrivant ici.

Contrairement au projet Astoria, la boîte à outils du projet Islandwood permet aux développeurs de construire des applications de Windows 10 en utilisant un langage de programmation iOS, « Objective-C », nous l’espérons avec des changements minimes. Les tests et le débogage des applications doit être fait en utilisant Visual Studio (Islandwood vous permet d’importer votre projet Xcode).

Dans sa documentation, Microsoft décrit le projet Islandwood comme étant destiné à la création d’applications Windows. Comme décrit dans le tableau ci-dessus, alors que cela est techniquement vrai, vous aurez plus de chance de porter des applications iPhone à Windows 10 pour les téléphones et les applications iPad à Windows 10 pour les tablettes de la même taille.

Si les développeurs le veulent, ils peuvent tout simplement arrêter là. Mais ils peuvent, cependant, prendre les choses plus loin et profiter de services Windows ainsi que d’étendre leur application et prendre avantage de la plate-forme Windows Universal .

Dernières pensées

La stratégie de Microsoft ici est très complexe, mais il se résume à ceci: La société veut apporter développeurs en amour avec d’autres plates-formes Windows 10. Il est très possible les détails ici va changer, d’autant que ces outils sont en avant-première; nous vous tiendrons au courant si et quand cela arrive.

Apple présente Analytics un outil pour les développeurs

Mercredi, Apple a introduit un nouvel outil d’analyse d’app pour tous les développeurs iOS enregistrés. Initialement, la firme à la pomme avait mis cet outil à la disposition des développeurs qui en faisaient la demande. Mais, à partir de maintenant, tout le monde peut obtenir l’outil à travers l’interface d’iTunes Connect.

Importance de l’analyse

Analytics permet aux développeurs de modifier les applications de manière qu’ils obtiennent plus de satisfaction en termes d’augmentation du nombre de téléchargements. En outre, l’analyse peut montrer la direction pour une commercialisation efficace des applications. Les développeurs peuvent obtenir une solution à 360 degrés pour faire que leurs applications soient populaires grâce à des analyses. L‘analyse joue un rôle crucial sur la route vers la popularisation d’une application.

Le rôle de par salves dans la fabrication de l’outil

Initialement, Apple avait un contrôle total sur les données de comportement des clients sur l’App Store, tout en refusant de les partager avec des tiers analystes ou les développeurs.

En Février dernier, Apple a racheté salves, une société d’analyse app, pour faire son propre outil d’analyse d’app. La société a fait cet outil pour Apple, répondant à la demande de longue date des développeurs iOS.

Utilité DE Analytics d’apple

Ces jours-ci, l’outil d’analyse a prouvé être aussi l’un des outils les plus pratiques pour les développeurs et les entreprises qui ont des applications mobiles sur l’App Store. 

Certaines des utilisations remarquables de l’outil d’analyse d’Apple sont les suivants:

Maintenant, il est facile pour les développeurs d’apprendre des choses en ce qui concerne le comportement des clients. Ils peuvent facilement savoir la façon de trouver et de télécharger des applications par des clients. Ils peuvent obtenir et accéder aux données concernant les applications sur les appareils des clients. Par exemple, combien de temps ils utilisent et pour combien de temps ils gardent une application sur leurs appareils, etc. En outre, les développeurs peuvent apprendre le nombre de points de vue sur leur page App Store et la source de trafic Web.

En bref, les développeurs peuvent tirer toutes les données nécessaires concernant le comportement des clients par le biais de ces outils.

Conclusion

Google dispose d’un robuste outil d’analyse pour les deux sites web et applications. Comme le numéro applications iOS est en pleine progression, il était nécessaire pour Apple de venir avec son propre outil d’analyse. Il était en demande depuis un certain temps et, enfin, Apple répond à cette demande en présentant Analytics. Il donnera une meilleure résistance aux développeurs iOS pour rester en avance dans la compétition.